navigation

Tidjikja à l’heure du festival des dattes 18 juillet, 2011

Posté par rjtcd dans : Reportage , ajouter un commentaire

 

logofestival1.jpg

Une soirée culturelle a été organisée le 15 juillet  devant les locaux de la Commune de Tidjikja. La soirée a commencé par la récitation de la Fatiha par l’assistance à la mémoire la diva Dimi Mint Abba, disparue en juin dernier. Après cet hommage à la fille du terroir Ould Biha,  maire de Tdjikja prononcera un discours de bienvenue avant de passer la parole à Mme Cissé Mint Boïdiye, ministre de la culture, de la jeunesse et des sports qui procède à l’ouverture officielle du Festival des Dattes de Tidjikja (2ème édition). Les artistes entreront en scène. Seddoum Ould Eyda et les Mnaat Seymali (Siktou et Zahra) ont interprété le ‘néchid’ du festival  avant de laisser la place à Jeich ould Badou qui a électrisé la foule avec sa guitare. Puis ce fut le tour de Veyrouz Mint Seymali qui a merveilleusement interprété ‘Richetoul Veni Véni’  la chanson fétiche de Dimi Mint Abba. Une troupe locale prendra la relève pour continuer l’animation.

Dans l’après midi, la nouvelle maison des jeunes a été inaugurée par Mme Cissé Mint Boïdiye en présence notamment des ministres de l’habitat et du développement rural, de la représentante de l’Unicef, du Wali du Tagant, du hakem de Tidjikja du maire de Tidjikja Mohamed Ould Biha et de nombreuses personnalités.

Le matin après une visite guidée d’El Ghadima (Ksar ancien) puis une visite guidée de l’exposition des manuscrits à la Commune (ancien siège du commandement  puis bureau du commandant de cercle).

Le lendemain, le festival a commencé avec la visite de la foire des dattes et de l’exposition des sous-produits du palmier.  Par la suite, un atelier sur le développement local s’est tenu à la Commune. L’après midi a été consacrée à la visite de l’oued Baghdada. La soirée culturelle prévue a été annulée pour cause de pluie.

Le troisième jour, les festivaliers se sont rendus dans la première école de la ville, l’une des plus vieilles du pays,  l’Ecole 1 fondée en 1919.  Après l’Ecole 1, c’est le fort colonial qui a été visitée.

Djigo Aboubakry

 

FESTIVAL DES DATTES DE TIDJIKJA

Posté par rjtcd dans : Reportage , ajouter un commentaire

logofestival.jpg

Le festival des dattes de Tidjikja est un rendez-vous annuel dédié au palmier dattier, à ses produits et au patrimoine oasien. Il a pour objectif  la valorisation du patrimoine culturel oasien, la préservation et la promotion des espèces locales, la création d’un

 

cadre d’échanges sur le palmier dattier, le développement et la recherche en phoeniciculture, l’encouragement de l’esprit d’initiative chez les oasiens, la promotion du tourisme oasien et le retour de la Guetna de jadis. Le festival est organisé à Tidjikja, ville fondée en 1660 durant la saison de la cueillette des dattes (Guetna).

Au programme de l’édition  de cette année (la 2ème édition) des visites guidées d’El Ghadima, de la foire des dattes et de l’exposition des sous-produits du palmier, de l’oued Baghdada, de l’Ecole 1 fondée en 1919,  inauguration de la maison des jeunes, lancement des travaux de la route de l’oued, un atelier sur le développement local, un exposé débat sur la restauration et la sauvegarde d’El Ghadima, un exposé sur la problématique du forage de puits dans l’oued, des soirées folkloriques, une caravane médicale, une campagne de dépistage du diabète et une colonie de vacances.

Plusieurs délégations ont été invitées : Rosso, Zouérate, Akjoujt, Kaédi, Boghé, Bababé.

Les délégations ont été installées dans différents quartiers de la ville : Médina, Mellah, Ga’da…

Djigo Aboubakry

 

 

Rosso : la grande affluence pour le permis de conduire 28 juin, 2011

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

Après  plusieurs années, la Commission de permis de conduire est à Rosso depuis dimanche 26juin.  Comme il fallait s’y attendre, plusd’un millier de candidats au permis dont beaucoup venus de Nouakchott et d’autres régions se bousculent au bureau des transports. Certains passent la nuit devant les locaux des TP  et il faut tout le savoir faire des forces de sécurité pour maintenir l’ordre. Une telle affluence s’explique par le fait que les candidats doivent nécessairement passer devant la commission contrairement à ce qui se faisait il y a encore quelques années.  La transparence est donc de rigueur. La commission  comprend le président, le vice président, et trois membres dont le commissaire de police de Rosso et le commandant de brigade de la gendarmerie de Rosso.Le candidat au permis doit se  présenter à la commission muni de son reçu
d’inscription pour passer un examen oral sur le code de la route. Par la suite
rendez-vous lui est donné pour l’examen pratique. Il faut noter que jusqu’ici  tout se déroule dans la transparence. Aucun candidat ne se plaint de quoi que ce soit.  Selon le président,  la commission  devrait être à Rosso pour cinq jours mais que du fait de l’affluence, elle pourrait prolonger son séjour.

La journée du mardi 28 a été consacrée à l’examen pratique au stade Ramdane de Rosso où les candidats devaient suivre un circuit en forme de ‘S’, faire la marche arrière en passant entre des jalons et faire d’autres manoeuvres. Le chef de service régional des transports, M. Mohamed Ali Ould Mohamed interrogé sur place a réaffirmé que la commission était là pour donner le permis aux conducteurs qui le méritaient.

 

FLIC OU VOYOU? 31 mars, 2011

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

FLIC OU VOYOU? dans Actualités

Ely Ould Mohamed Vall, un policier en service à Rosso est passé inspecteur durant la première transition (2005/2007) quand son oncle et homonyme dirigeait le CMJD. Depuis quelques temps, cet inspecteur dont l’ascension a été plus que fulgurante assure l’intérim du commissaire de police nouvellement marié et souvent absent. L’inspecteur Ely s’est illustré il y a quelques jours dans une sombre affaire de ‘dakhal chi’.
En effet une patrouille de police qu’il dirigeait lui-même a arrêté il y a trois nuits un jeune boucher du nom de Dah Ould Mokhtar Ould Ahmed Sidi près de la gare routière de Rosso vers 23 heures. Le jeune Dah était venu prendre son repas.
Selon le boucher, les policiers ont d’abord récupéré sa recette du jour (87 000 UM) avant de le battre et de l’emmener au Pk 7 pour le menacer avec un couteau. Par la suite ils l’ont ramené devant le siège de la BMCI. Le jeune boucher leur a demandé de le conduire au commissariat, ce qu’ils ont refusé.

Les policiers ont préféré le ramener à l’endroit où ils l’avaient arrêté, c’est-à-dire vers la gare routière en lui rendant 27000 UM sur les 87000 qu’ils lui avaient pris.
Le lendemain, le boucher se rend avec des membres de sa famille à la direction de la sureté de Rosso. Après avoir entendu la version des plaignants le DRST les installe dans un bureau et convoque l’inspecteur. Ce dernier fait un compte rendu (infidèle) de leur patrouille de la veille. Quand le DRST fait entrer les plaignants, le jeune boucher n’a pas hésité à désigner l’inspecteur comme étant celui qui l’a fouillé pour le détrousser. C’est alors que l’inspecteur reconnait avoir pris l’argent du jeune homme mais qu’il le lui a rendu.
Le DRST comprenant que son inspecteur a commis une faute lourde, rembourse lui-même 60.000 à la victime. A la sortie des plaignants, l’inspecteur les suit pour négocier. Que ce sont-ils dit ? Toujours est- il que l’inspecteur est revenu voir la DRST pour lui dire qu’il reconnaissait avoir commis une faute mais que la famille de la victime retirait sa plainte. Ce qui sera confirmé quelques minutes plus tard par la famille de Dah.
Le même jour pourtant la mère de la victime est revenue pour dire que son fils a été battu et que la plainte devait suivre son cours. Pour l’heure l’affaire est pendante devant les autorités compétentes. L’inspecteur en question roule encore dans la voiture de la police avec les mêmes prérogatives mais le moins qu’on puisse dire c’est que sa chute risque d’être aussi fulgurante que son ascension. 

 

 

IRAFM/ROSSO: DECLARATION

Posté par rjtcd dans : DECLARATION , ajouter un commentaire

imag03481.jpg

Suite à l’arrestation de plusieurs militants des droits de l’homme, le bureau et les militants de l’IRA et de FLERE à Rosso condamnent fermement les conditions de détention de leurs camarades dont deux au moins sont dans un état alarmant : Dah Ould Boushab admis tardivement à l’hôpital et Biram Ould Dah qui n’a pas encore eu droit aux soins.
Ils dénoncent les conditions de détention proche de la séquestration : Birame refuse les visites car les visiteurs ne sont autorisés à le voir que par la fenêtre.
A la suite de ces actes barbares et honteux de la police mauritanienne de Arafat 1 (Nouakchott) marqués par la répression sanglante et farouche de nos militants sur le champ du combat noble, juste et pacifique pour les droits humains, le bureau des droits de l’homme à Rosso (IRAFM) condamne avec fermeté et position irréversible cet acte et demande
• la libération des 2 esclaves (Salma et Neïna) du joug de Moulminine Mint Amar Ould Deval
• la libération immédiate et sans conditions de nos militants ;
• que la justice soit faite sur l’esclavagiste Moulminine Mint Deval
• que la justice soit faite sur les policiers responsables de ces actes.

Rosso le 28 décembre 2010 Le Bureau des droits de l’homme (IRAFM)
Le Président
javascript:void() Mohamed Lemine Ould Brahim Dieng

Rosso : Démarrage du programme ‘English Access Microschholarship’

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire


dsc0057.jpgdsc0056.jpgdsc0055.jpg

La cérémonie  de lancement  du programme ‘English Access Microschholarship’ s’est déroulée le 30 mars 2011 dans la salle de conférence de la DREN du Trarza. C’était en présence de plusieurs professeurs d’Anglais et des élèves d’établissements secondaires de Rosso choisis pour suivre les cours. Ce programme  permet à des élèves de 14 à 18 ans  de suivre parallèlement à leurs études régulières des cours d’anglais dispensés par des professeurs sélectionnés au préalable.

Le coordinateur du centre d’Anglais de Nouakchott, M. Mbaye Toumbo a pris la parole pour expliquer les objectifs du programme. Lui succédant,  Jamie Ravetz, PAO à l’Ambassade a  donné les détails de ce programme lancé il y a quatre ans et s’est réjoui de la coopération entre son pays et la Mauritanie en matière d’éducation. M. Sy Aly Babaly , Assistant aux affaires publiques à l’Ambassade des Etats Unis à Nouakchott  prendra la parole pour insister sur l’importance du programme. Quant à M. Sy Baba, qui représentait la DREN, il s’est félicité du choix de Rosso et a remercié l’Ambassade des états Unis pour son soutien constant.

dsc0060.jpg80 élèves des établissements secondaires de Sebkha, Arafat, Dar Naïm et Rosso vont en bénéficier cette année C’est l’Ambassade des Etats Unis à Nouakchott qui prend en charge les frais des cours, les fournitures scolaires. Le programme ‘English Access Microschholarship’  qui a commencé en 2007 a déjà permis à 320 élèves de bénéficier d’une bourse pour améliorer leur niveau en Anglais. L’Ambassade a même offert un séjour linguistique de deux semaines aux Etats Unis aux 16 meilleurs élèves qui ont terminé le programme en 2009 et 2010.

Le programme ‘English Access Microscholarship’ de Rosso commencera le samedi 9 par un test de niveau. Les cours vont démarrer la 15 avril. Ils se dérouleront le vendredi de 9 h à 12 h et le samedi de 16 h à 18 h. Pendant les vacances scolaires les cours auront lieu tous les jours ouvrables jusqu’à la couverture des 180 heures prévues et des 80 heures du ‘summer camp’ qui se déroule en 12  jours environ.

Compte rendu : Djigo Aboubakry

 


Rosso: Starting the program « English Access Microschholarship ‘
The ceremony to launch the program ‘English Access  Microschholarship’ took place March 30, 2011 in the conference room of the DREN Trarza. It was attended by several English teachers and students of Rosso secondary school chosen to monitor progress. This program allows students from 14 to 18 years to follow along with their regular studies  English classes taught by teachers selected in advance.

The coordinator of the  Nouakchott English Center, Mr. Mbaye Toumbo took the floor to explain the objectives of the program. His successor, Jamie Ravetz, PAO at the Embassy gave details of the program launched four years ago and welcomed the cooperation between his country and Mauritania in education. Mr. Sy Aly Babaly, Public Affairs Assistant at the U.S. Embassy in Nouakchott will speak to emphasize the importance of the program. As for Mr. Baba Sy, who represented the DREN, he welcomed the choice of Rosso and thanked the U.S. Embassy for its constant support.

80 secondary school students Sebkha, Arafat, Dar Naim and Rosso will benefit this year  The U.S. Embassy in Nouakchott will support the course fees, school supplies. The program ‘English Access  Microschholarship’ which began in 2007 has enabled 320 students to receive a scholarship to improve their English. The Embassy has even offered a language course of two weeks in the U.S to the top 16 students who completed the program in 2009 and 2010.

The program ‘English Access Microscholarship’ for Rosso will start  on Saturday 9 by a test. Classes will start on April 15. They will take place on Friday from 9 am to 12 and Saturday from 4 pm to 6 pm During school holidays the courses will be held every weekday until the coverage of the 180 hours  and the 80 hours ‘summer camp’ which lasts in about 12 days.
Summary: Djigo Aboubakry

 

Écouter

Lire phonétiquement

 

Rosso à l’heure étatsunienne 2 mars, 2011

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire


ouverturedusminaire1.jpgLa Dren de Rosso a abrité dimanche un séminaire de renforcement des capacités à l’intention des professeurs d’anglais de la wilaya  du Trarza. Ce séminaire entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la section Anglais de l’IGESS (Inspection générale). Au total 34 professeurs sur  43 ont suivi avec intérêt les exposés de Mme Delia Dunlap, English Language Fellow, et de MM. Djigo Amadou, inspecteur de l’enseignement secondaire et Sy Aly Babaly, assistant aux affaires publiques à l’ambassade des États-Unis d’Amérique.

L’atelier ouvert par le Dren du Trarza, M. Mohamed Saleck Ould Taleb est pris en charge par l’ambassade des États-Unis d’Amérique à Nouakchott.

La communication de Mme Delia a porté sur la gestion des classes pléthoriques tandis que  M. Djigo  s’est intéressé à la préparation d’une leçon. Quant à M. Sy Aly Babaly, il a fait un exposé sur les critères d’admission dans les universités américaines et les opportunités disponibles à l’ambassade des États-Unis  d’Amérique.

Après ces trois communications les professeurs ont stimulé deux méthodes pédagogiques dont la ‘Mad-lib’.

M. Jamie Wilson Ravetz, chargé des affaires publiques à l’ambassade des États-Unis   a pris la parole pour remercier les professeurs de leur participation.

selambassadriceetlesautoritsadministratives.jpgPar la suite, Son Excellence Mme Jo Ellen Powell ambassadrice des États-Unis à Nouakchott qui était en mission à Rosso est venue procéder à la cérémonie de clôture de l’atelier.  Elle était accompagnée du wali du Trarza, du hakem de Rosso et des autorités sécuritaires de la ville.

Le clou de la cérémonie sera sans conteste, le ‘speech’ de M. Mohamed Saleck Ould Taleb, Dren du Trarza qui à la surprise  générale, s’est exprimé dans la langue de Shakespeare. 

A l’unanimité, les professeurs d’anglais qui ont participé au séminaire ont tenu à remercier Son Excellence Mme Jo Ellen Powell, ambassadrice des États-Unis, MM. Jamie Wilson Ravetz, PAO et Sy Aly Babaly PAO Assistant à l’ambassade américaine à Nouakchott, Mme Delia Dunlap, ELF et M. Ould Awfa qui ont organisé ce séminaire d’un intérêt certain.

imag3246.jpgLa veille c’était  M. Jamie Ravetz, attaché culturel à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Nouakchott  qui remettait un don à la jeunesse de Rosso. C’était dans les locaux de la commune de Rosso en présence de MM. Mbodj El Hadj, Diop Ibrahima, Kane Mamadou Sana et de l’incontournable Socra. Selon ce dernier, un entraineur de football de haut niveau sera incessamment à Rosso dans le cadre d’un programme appuyé par l’ambassade des Etats-Unis à Nouakchott.

Le don remis au représentant de la délégation régionale de la Jeunesse, M. Kane Mamadou Sana est composé de deux cerceaux pour le basket ball et de plusieurs ballons de basket et football. Un premier geste qui sera suivi de plusieurs autres. Notons que l’attaché culturel était accompagné de M. Sy Aly Babaly.

Djigo Aboubakry

 

Rosso: Les handicapés laissés à eux-mêmes 29 janvier, 2011

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

danslatelier.jpg

Yacoub et Dah sont deux handicapés. On les rencontre toujours  à leur atelier situé près du marché de Médine à Rosso. Comme beaucoup d’autres handicapés ils ne veulent pas être dépendants et cherchent dans la mesure du possible à subvenir à leurs besoins. Rosso compte un peu moins de 400 handicapés dont certains sont confinés dans leur maison tandis que d’autres, faute de pouvoir travailler sont contraints de  mendier  dans les rues de la ville.  Yacoub, Dah et bien d’autres encore préfèrent gagner leur vie à la sueur de leur front. Cependant les conditions sont loin d’être réunies pour leur permettre de disposer de revenus suffisants et réguliers. Ceux d’entre eux qui ont un savoir faire n’ont pas toujours le matériel qu’il faut pour exercer leur profession.

L’atelier des handicapés est situé à Médine près du garage de Garack ; il a été  créé grâce à M. Ibrahima Demba Diallo en partenariat avec une européenne qui ayant séjourné dans la ville a été touchée par la vue d’un handicapé qui se déplaçait en se roulant littéralement sur le sol. A l’époque quelques handicapés avaient pu bénéficier d’une formation professionnelle à Nouakchott. Des donateurs étrangers avaient alors  offert du matériel pour équiper un atelier  et permettre aux handicapés de travailler. Ils travaillaient notamment dans trois secteurs : couture, teinture et cordonnerie.  Malheureusement cet équipement n’est pas suffisant pour couvrir tous les besoins.  Au niveau de Rosso, les handicapés déplorent le désengagement total des autorités. Ni le wali, ni le hakem ne sont jamais souciés de leur situation. Seul  le maire de la commune, le Pr. Fassa Yérim  est venu les aider. C’est du reste lui qui prend actuellement  en charge la location de l’atelier. En contrepartie, un des handicapés  assure la surveillance d’un dépôt d’ordures situé non loin du marché. Le maire a également embauché un autre handicapé pour la surveillance de la décharge publique. La coordinatrice régionale du ministère des affaires sociales, de la femme et de l’enfant, Mme Marieme  Mint Baba a également apporté son soutien aux handicapés en leur offrant notamment quatre fauteuils roulants. Le principal soutien des handicapés de Rosso demeure cependant le père Bernard bien connu à Rosso notamment  par les couches les plus défavorisées.

Les handicapés lancent un appel pressant aux autorités compétentes. Ils ne veulent pas en arriver à descendre dans les rues ou à s’adresser aux autorités de pays limitrophes. Ils ne demandent pas une assistance permanente mais juste un peu de considération. Juste les moyens de travailler pour qu’ils apportent leur pierre à la construction de la nation. Quant à la population elle peut  apporter un soutien considérable en faisant des commandes au niveau de l’atelier.

D.A.

Deuxième visite du maire au Pk 7

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

Le Pr. Fassa Yerim, maire de la commune de Rosso a rendu visite le 27 janvier aux populations récemment déplacées de ‘Demal Deuk’(quartier populaire de Rosso) auDeuxième visite du maire au Pk 7 dans Actualités populationpk7_maire pk 7, site de la nouvelle ville. C’est la deuxième visite du maire après celle effectuée le 27 novembre dernier. Le maire de la commune était notamment accompagné de Ba Isma, conseiller municipal et président de la commission chargée du déplacement des populations et de M. Diaw, membre de la commission.

Sur place, le maire a expliqué aux populations l’objet de sa visite. Il voulait notamment s’enquérir de la situation et voir si les mesures décidées lors de sa première venue étaient appliquées ou non. Le maire a rappelé que les conditions du déplacement étaient plutôt difficiles et s’est excusé auprès des habitants. Il a ajouté qu’il était venu les écouter en précisant qu’il ne pourrait pas résoudre tous les problèmes mais qu’il ne ménagerait aucun effort pour soulager les résidents. Plusieurs intervenants ont pris la parole pour parler de leurs problèmes.

C’est ainsi que Dah O. Mahmoud dira que l’un des problèmes majeurs c’est le transport. 100 ouguiyas pour se rendre à Rosso et 150 pour le retour, c’était un peu lourd pour des populations à revenus incertains, sans compter la cherté des prix. Il ajoutera que la piste qui mène à leurs habitations n’est pas praticable pour les petites voitures ce qui le contraint par exemple à plus d’une heure de marche à partir de la route goudronnée où les taxis s’arrêtent. Dah Ould Mahmoud dira que les populations déplacées ont été considérées comme des ordures dont on se débarrasse allègrement. Un autre intervenant ajoutera que les populations de Demal Deuk ont été déplacées comme des animaux et ce, pendant la saison froide. Il insistera sur le fait qu’en dehors du maire aucun responsable n’était jamais venu les voir pour s’enquérir de leur situation. Pourtant on leur avait fait croire que tout était près au Pk 7 alors que tout ce qu’ils ont trouvé c’était des poteaux dont certains  implantés dans des concessions.

Une femme a pris la parole pour abonder dans le même sens. Elle a commencé par remercier le maire qui a été le premier responsable à venir sur place leur rendre visite comme cela avait été expliqué au seul responsable politique (M. Kane Hamidou Baba pour ne pas le nommer) venu au Pk 7 rencontrer les déplacés. L’intervenante a rendu hommage à la commission présidée par Ba Isma qui a travaillé dans la transparence avant de souligner quelques problèmes. Elle a parlé notamment d’une femme qui devait accoucher et qui avait eu beaucoup de mal pour se rendre à l’hôpital. Elle a déploré l’absence de marché, les difficultés d’approvisionnement en eau, etc. Un autre intervenant a insisté sur trois points : l’eau, le marché et un poste de santé. Il a suggéré à défaut de la construction d’un marché, la baisse du prix du transport.

Reprenant la parole le maire a précisé qu’à l’issue de sa première visite il était question que la brigade des sapeurs pompiers apporte une citerne d’eau chaque semaine et que c’est seulement la veille qu’il avait appris que cela n’avait pas été réalisé et que les dispositions étaient prises pour corriger le problème. Il a aussi rappelé que pour les malades, le Samu municipal était opérationnel et qu’il suffisait d’appeler les responsables en cas de nécessité. Il a demandé aux populations de choisir une place pour qu’il installe un hangar qui servira de marché et a promis de voir  les responsables de la SNDE pour créer deux ou trois autres bornes fontaines. Le maire a accompli la prière du Maghrib (crépuscule) dans la mosquée de la place avant de prendre congé de ses hôtes.

FLIC OU VOYOU? 28 janvier, 2011

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

Rosso : Flic ou voyou ?http://rjtcd.unblog.fr/files/2011/01/imag2886.jpg
Ely Ould Mohamed Vall, un policier en service à Rosso est passé inspecteur durant la première transition (2005/2007) quand son oncle et homonyme dirigeait le CMJD. Depuis quelques temps, cet inspecteur dont l’ascension a été plus que fulgurante assure l’intérim du commissaire de police nouvellement marié et souvent absent. L’inspecteur Ely s’est illustré il y a quelques jours dans une sombre affaire de ‘dakhal chi’. En effet une patrouille de police qu’il dirigeait lui-même a arrêté il y a trois nuits un jeune boucher du nom de Dah Ould Mokhtar Ould Ahmed Sidi près de la gare routière de Rosso vers 23 heures. Le jeune Dah était venu prendre son repas. Selon le boucher, les policiers ont d’abord récupéré sa recette du jour (87 000 UM) avant de le battre et de l’emmener au Pk 7 pour le menacer avec un couteau. Par la suite ils l’ont ramené devant le siège de la BMCI. Le jeune boucher leur a demandé de le conduire au commissariat, ce qu’ils ont refusé. Les policiers ont préféré le ramener à l’endroit où ils l’avaient arrêté, c’est-à-dire vers la gare routière en lui rendant 27000 UM sur les 87000 qu’ils lui avaient pris.
Le lendemain, le boucher se rend avec des membres de sa famille à la direction de la sureté de Rosso. Après avoir entendu la version des plaignants le DRST les installe dans un bureau et convoque l’inspecteur. Ce dernier fait un compte rendu (infidèle) de leur patrouille de la veille. Quand le DRST fait entrer les plaignants, le jeune boucher n’a pas hésité à désigner l’inspecteur comme étant celui qui l’a fouillé pour le détrousser. C’est alors que l’inspecteur reconnait avoir pris l’argent du jeune homme mais qu’il le lui a rendu.
Le DRST comprenant que son inspecteur a commis une faute lourde, rembourse lui-même 60.000 à la victime. A la sortie des plaignants, l’inspecteur les suit pour négocier. Que ce sont-ils dit ? Toujours est- il que l’inspecteur est revenu voir la DRST pour lui dire qu’il reconnaissait avoir commis une faute mais que la famille de la victime retirait sa plainte. Ce qui sera confirmé quelques minutes plus tard par la famille de Dah. Le même jour pourtant la mère de la victime est revenue pour dire que son fils a été battu et que la plainte devait suivre son cours. Pour l’heure l’affaire est pendante devant les autorités compétentes. L’inspecteur en question roule encore dans la voiture de la police avec les mêmes prérogatives mais le moins qu’on puisse dire c’est que sa chute risque d’être aussi fulgurante que son ascension. (A suivre)

1...34567...11

humanbeinginnature |
Biologie totale ICBT secte ... |
C'est le destin de lol_aaaa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jaambaar
| évasion
| Généalogies