navigation

08-09-2013 15:37 – La ville de Rosso est complètement inondée – [PhotoReportage] 8 septembre, 2013

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

source : cridem.org

La ville de Rosso est complètement inondée - [PhotoReportage]En moins de 48heures, d’importantes quantités de pluies diluviennes se sont abattues sur la ville de Rosso, du 5 au 7 Septembre 2013.C’est toujours le plan d’action d’assainissement mis en œuvre dans les quartiers de la ville n’a pas été efficace et aucune mesure d’accompagnement n’a été prise en compte à ce jour.

Ces quantités de pluies tombées qui ont fait un cumul de plus de 120 mm, ont causé des sinistres ennuyants aux populations de tous les quartiers et le centre commercial de la ville de Rosso, surtout les populations dont les domiciles font face aux routes bitumées.

Aujourd’hui, tous les sinistrés ont les chambres remplies d’eau souillée par celle des fosses sceptiques et à tout ce qu’on peut imaginer d’insalubrité. Les moyens manquent selon les différentes équipes qui affichent la volonté de faire sortir ces populations de ce sinistre.

La commune de Rosso, malgré ces difficultés financières connues de tout le monde n’a pas lésiné sur les moyens, de continuer à payer des motos pompes pour aspirer les eaux afin de soulager les sinistrés, mais la demande est supérieure aux moyens.

Cette situation désagréable a obligé quelques sinistrés de faire sit- in, de bonnes heures, devant la wilaya pour demander un secours. A cet endroit se trouvait déjà le commissaire de la ville, le chef de poste du débarcadère et le directeur du cabinet, M.Oumar Ould Cheine qui prodiguaient des conseils et donnaient l’assurance de l’intervention des équipes constituées à la circonstance.

Ces pluies ont causé l’enclavement total dans les différents quartiers de Rossoet quelques dégâts. La quasi-totalité des maisons étaient inondées. Cette situation a mis les populations de la ville dans la précarité, car il n’y a eu aucun secours des autorités locales durant la nuit. Le calvaire qu’ont vécu les sinistrés durant une nuit blanche était intenable.

La population dans son ensemble et sa diversité formule une doléance auprès des pouvoirs publics, des Organisations Nationales et Internationales et les bonnes volontés de conjuguer des efforts, mettre en place une solution adéquate, prompte et pérenne avant les saisons hivernales et des crues éventuelles pour mettre fin à ce genre de désagrément.

Il est évident qu’après le projet d’assainissement, il doit y avoir des volets de mesures d’accompagnement.

H OBD CP/Rosso.

Avec Cridem, comme si vous y étiez…

08-09-2013 15:37 - La ville de Rosso est complètement inondée - [PhotoReportage]

 

Source : Housseynou Diarra

Rosso: Sidi Bouye, président de la ligue régionale de football 2 septembre, 2013

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

C’est le 27 aout 2013 que le comité directeur de la ligue régionale de football du Trarza a été renouvelé dans les locaux de la Délégation de la Culture, de la Jeunesse et des Sports sous la supervision de Monsieur Ahmedou (Ould M’Beirick, Directeur de l’Education (CAFFRIM), en présence du Délégué Régional du Ministère de la Culture de la Jeunesse
et des sports au niveau de Rosso, MM. Ahmed Ould Brahim Ould Bilal, de Moussa Ould Brahim, Chef du Service de l’Action Culturelle au niveau de la délégation et du Hakem mouçaid, M. Mohamed Ould Sid’Ahmed Ould Békaye et du commissaire de police M. Isselmou Ould Mouftah. Le délégué fédéral a rappelé les dispositions statutaires et réglementaires régissant le renouvellement des organes centralisés et décentralisés
de la FFRIM en ouvrant la réunion.
La Fédération a accusé réception
des dossiers de candidature de MM. :

• Sidi Bouya Ould Ahmedou
• Souleymane Ould Breihim.

Après l’appel pour s’assurer du quorum statutaire et la constatation de la présence de 17 membres sur les 18 que compte le collège électoral, officiellement retenu en qualité de membres avec voix délibérative, l’assemblée générale a commencé.

A l’issue du vote, M. Sidi Bouya Ould Ahmedou a obtenu 10 voix et M. Souleymane Ould Brahim, 7 volx.
Après l’élection du comité directeur, le bureau suivant a été désigné pour gérer le football au Trarza:

Président: Sidi Bouya Ould Ahmedou
Vice Président: Yacoub Sidibé
Membres: Doudou N’Daw
Sy Abdoul « Socra »
Moustapha Ould Sidi
Zaîd Ould El Hadi
N’Decksad Ould Soueîlim.

A rappeler que le renouvellement du comité directeur devait se tenir il y a plusieurs mois mais qu’à l’époque, sous la pression semble-t-il  d’un homme politique très influent, le délégué régional avait reporté l’assemblée générale, ce qui lui avait valu une mutation à Tidjikja. Cela avait entrainé aussi le départ de M. Sidi Bouya O. Ahmedou de l’UPR vers El Wiam peu avant son accident de la route. Ce qui explique que le nouveau président de la ligue soit venu à l’assemblée générale en fauteuil roulant .

CR: D.A. et ND.A.A.

Démenti de Ba Isma Kalidou, après son départ du MPR pour l’UPR 28 août, 2013

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

Suite a l’article paru le 21 aout dans  Cridem et intitulé « MPR Rosso : comme d’habitude, ceux qui ont trahi la bonne cause !», M. Ba Isma Kalidou a fait la déclaration suivante au nom de son groupe (Oumoul Khairy mint Ely, Abbas Diallo, Maimouna Abdallahi, Ely Ba, Mahmoud Sy, Demba Mbodj, Aboubakry Diop, Mariem mint Ely, Coumba Traoré, Demba Traoré) 

« Je suis conseiller municipal a la commune de Rosso, président de la commission de Demal Deuk, commission fondée depuis 1983, je suis également membre de la commission de l’enrôlement.

Je tiens à faire un démenti formel mon groupe et moi. En effet nous avons rallié le MPR en 2010 mais nous avions à l’époque posé des conditions ; or pendant trois ans nous avons travaillé avec nos propres moyens sans le moindre sou du parti. Et puis avant de quitter nous avons tenté de discuter avec les membres du parti mais la discussion a tourné court et  nous avons décidé de rallier l’UPR.

Les raisons  qui nous ont poussé à rallier  l’UPR  ne sont pas mercantiles comme l’affirme l’article.

Le problème de Demal Deuk est fondamental pour nous ; tous nos efforts vont dans le sens de sortir notre quartier de la précarité et pour ce, nous ne ratons aucune occasion de poser le problème a toute autorité de passage a Rosso. Et lorsque le président Aziz est venu à Rosso nous lui avons soumis le problème avec des pistes de solutions et il nous a donné entière satisfaction. En plus nous avions une liste de quatre cent cinquante sept omis et le président a tout réglé. Et c’est suite à cela que nous avons décidé de rallier l’UPR et de soutenir le président dans son entreprise de construire un état moderne, que cela déplaise à nos compagnons d’hier ou non nous, nous cherchons à développer notre quartier, notre ville et au delà notre pays.

J’ai fait plusieurs années dans l’opposition et ce n’est pas pour le plaisir de s’opposer mais c’est par principe ;  les raisons invoquées par nos détracteurs n’ont aucun fondement sauf de vouloir nuire.

Le combat politique est un long chemin semé d’embuches et des coups bas de ce genre ne nous surprennent pas.. ‘

Ba Isma Kalidou

Rosso : Visite du Représentant spécial de l’Union européenne (UE) pour le Sahel 23 juin, 2013

Posté par rjtcd dans : Activités , ajouter un commentaire

Rosso : Visite du Représentant spécial de l'Union européenne (UE) pour le Sahel dans Activités photo0087-300x225

M. Michel Reveyrand de Menthon , Représentant spécial de l’Union européenne (UE) pour la région du Sahel  a entamé une visite de 3 jours en Mauritanie le lundi 17 juin. Une  première visite qui a permis au diplomate de présenter aux autorités mauritaniennes la mission qui lui a été confiée par l’Union européenne en réponse à la crise régionale dans le Sahel.

Au cours de sa mission en Mauritanie, M. Reveyrand de Menthon a rencontré le Président Mohamed Ould Abdel Aziz ainsi que le Ministre de la Défense auprès desquels il a réitéré l’engagement de l’Union Européenne dans sa coopération avec la Mauritanie, tout en saluant le rôle actif de la Mauritanie dans la lutte contre l’insécurité au Sahel.

La visite de M. Michel Reveyrand de Menthon s’est poursuivie par un passage à Rosso où il a rencontré les autorités sécuritaires de cette ville frontière ainsi que celles de Rosso Sénégal.

M. Reveyrand de Menthon était accompagné de M. Gerardo Otero , chargé de programme à la section politique à la Délégation de l’UE à Nouakchott et du représentant de la Délégation de l’UE au Sénégal.  Le Représentant de l’UE au Sahel a visité le débarcadère de Rosso où il a eu des entretiens avec les responsables de la SBM et du poste de police en présence du directeur régional de la sûreté du Trarza, du commissaire de police de Rosso, M. Isselmou Ould Mouftah et des autorités sécuritaires et administratives sénégalaises venues pour la circonstance.

Par la suite, la délégation de l’UE accompagnée des deux délégations d’accompagnement (mauritanienne et sénégalaise) a emprunté le bac pour se rendre à Rosso Sénégal. Sur place, M. Reveyrand de Menthon a visité le poste de police réhabilité tout récemment et les bureaux de la douane avant de continuer son voyage vers Dakar.

 

 

Rosso: Entretien avec S.E. Michel Reveyrand de Menthon, Représentant spécial de l’UE pour le S

Posté par rjtcd dans : Activités , ajouter un commentaire

En marge de sa visite à Rosso le mercredi 19 juin 2013, le Représentant spécial de l’UE pour le Sahel a répondu aux questions des journalistes.

 

Rosso: Entretien avec S.E. Michel Reveyrand de Menthon, Représentant spécial de l'UE pour le S dans Activités m.-reveyrand-de-menthonQuel est l’objectif de cette visite en quelques mots ?

Michel Reveyrand-De Menthon : J ’ai été nommé il y a peu de temps, représentant spécial de l’UE pour la région sahélienne pour aider l’UE à mieux travailler à avoir plus de projets plus d’idées et être plus efficace sur l’ensemble de la région. Je fais aujourd’hui mon premier voyage en Mauritanie dans le cadre de ces fonctions ; j’étais à Nouakchott, maintenant je vais me rendre au Sénégal et c’est l’occasion de passer par Rosso et de  visiter ce projet qui est un bon projet ; tous les acteurs sont très satisfaits ; les policiers, les douaniers, l’administration mauritaniennes et de l’autre côté l’administration sénégalaise puisque c’est un projet commun aux deux pays dans un domaine important, celui de la sécurité de la population , ce qui est un sujet d’intérêt commun, une démarche d’intérêt commun pour laquelle on  essaie d’aller plus loin, d’être plus efficace.

Quelles sont les dernières mesures prises par l’UE pour limiter l’émigration clandestine ?

M. R.D.M : D’abord ce ne sont pas des moyens fournis par l’UE, ce sont des dispositifs mis en place  par les états concernés, le Sénégal et la Mauritanie pour faire en sorte que les règles  soient respectés, pour faire en sorte que le droit des administrations, le droit des différents pays soit respecté.

Le contrôle des migrations concerne beaucoup de choses ; la base c’est ‘état civil : il faut que tout le monde ait un état-civil ,  il faut que tout le monde ait des pièces d’identité légales et la lutte contre la fraude des documents     il faut que les force de sécurité travaillent     conjointement  de part et d’autre de la frontière pour que cette légalité des déplacement soit à la fois contrôlée mais aussi  comprise des populations. Tout ça a pour objectif l’intérêt des populations   on parlait tout à l’heure des mouvements des enfants qui i passent d’un pays à l’autre, il y a hélas des trafics d’enfants manipulés et envoyés quelques fois loin de leur domicile et tout ça c’est une situation à laquelle on veut remédier parce qu’en fin de compte c’est le droit des hommes et des femmes ; le droit  des enfants qui se trouve mis en cause et bafoué. Il faut bien contrôler les allées et venues des hommes et des femmes car cela s’accompagne souvent de comportements illégaux et c’est cet ensemble de phénomènes qu’il faut régler;  quand tout le monde apprend à respecter les règles du droit tout va mieux, c’est plus facile et la vie en commun devient beaucoup plus simple.

Cela vous fait quel effet de voir le contrôle strict entre deux pays aussi proches que le Sénégal et la Mauritanie alors que vous venez d’un espace autrement plus vaste où les personnes circulent beaucoup plus librement ?

M. R.D.M : Les espaces sont différents et c’est le rôle des états, c’est le rôle de la coopération internationale d’arriver pays par pays, espace par espace à trouver les réponses efficaces qui  tiennent compte  des habitudes des populations, des tempéraments, des modes de vie  mais aussi des engagements internationaux ; je crois que la région sahélienne au sens large, la région Sahara-Sahel      c’est évidemment une région très particulière puisqu’il y a des espaces très différents mais il faut que les acteurs publics    arrivent à s’adapter aux différentes situations ; il y a des endroits où c’est plus simple puisque les concentration de population sont plus importantes, les voies de communications mieux structurées ;  ici c’est un bon exemple :  il y a des relations historiques  des commerçants, des hommes des femmes  qui circulent entre le Sénégal et la Mauritanie pour de nombreuses raisons : il faut le respect de la vie privée des gens et permettre la libre circulation des personnes mais en même temps il faut que cela se fasse dans la cohérence et dans la légalité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du rififi dans les coulisses de l’Union africaine 26 mai, 2013

Posté par rjtcd dans : LU POUR VOUS,Non classé , 2 commentaires

Du rififi dans les coulisses de l'Union africaine

Les célébrations du Cinquantenaire de la naissance de l’OUA, ancêtre de l’UA, ont commencé ce samedi matin. C’est dans ce contexte qu’un réquisitoire anonyme étrille la gestion de la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission.

C’est un document qui ne circule que sous le boubou ou sous le costard et, dès lors, ne devrait pas perturber outre mesure le bel ordonnancement des célébrations, ce week-end, du 50e anniversaire de la création de l‘Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue depuis lors Union africaine (UA).

Reste que ce mémorandum atteste combien s’est essoufflé l’enthousiasme né de l’élection, voilà bientôt un an, de la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission -l’exécutif permanent- de l’institution continentale.

Depuis plusieurs semaines, le texte anonyme, mais amplement documenté, épingle la gestion de ladite Commission, qui n’aurait guère évolué après le mandat parfois jugé poussif du Gabonais Jean Ping, candidat malheureux à un nouveau bail. Sous le titre « Le partenariat Zuma-Mwencha: plus les choses changent, moins elles changent« , l’auteur dénonce l’immobilisme de la présidente et de son vice-président kényan, histoire de « mettre en évidence les faiblesses qui nous freinent« .

« Essayez d’appeler les Finances pour recouper
une information, personne ne répondra. Allez-y, et
ils courront autour de vous comme des poulets sans tête »

 

Gabegie bureaucratique à Addis-Abeba
Maints indices suggèrent que le document est bien l’oeuvre d’un fonctionnaire de l’UA, installée à Addis-Abeba, capitale éthiopienne et siège du « Machin » panafricain. Premier écueil, la gabegie bureaucratique: « Vous envoyez un mémo à l’administration, il sera perdu. (…) En fait, la plupart du temps, il restera là où vous l’avez déposé » ; « Essayez d’appeler les Finances pour recouper une information, personne ne répondra. Allez-y, et ils courront autour de vous comme des poulets sans tête« …Si beaucoup espéraient que l’ex-épouse de Jacob Zuma remettrait un peu d’ordre dans une institution raillée pour sa lenteur et son manque d’efficacité, il n’en est visiblement rien. Et l’appétit pour les honneurs et les privilèges prêté à divers cadres semble intact. « Les directeurs des Affaires sociales, de l’Economie rurale et de l’Agriculture ou des Affaires politiques conduisent littéralement leurs départements depuis les aéroports« , accuse le procureur masqué, citant nombre d’exemples de visites à l’étranger qui auraient gagnées à être déléguées. « Les missions, lit-on, sont devenues un business pour les Commissaires et les directeurs, qui excellent à les justifier. »

L’ego des uns et des autres

Et puis il y a bien sûr l’ego des uns et des autres, facteur d’incongruités récurrentes. Alors que l’on attend toujours la nomination d’un directeur aux Affaires politiques de plein exercice -des « douzaines de postes » vacants seraient à pourvoir sans que l’on s’en soucie -, deux intérimaires se partagent les responsabilités par rotation trimestrielle. Mais « l’animosité entre ces deux personnes est si flagrante que la moindre mesure prise durant ces trois mois par Mr Dare est immédiatement annulée ou inversée par le Dr Dia quand il prend les commandes. Et vice-versa« .

Même si la majorité des chefs d’Etat du continent, flanqués de nombre d’invités de marque, seront réunis ces jours prochains à Addis-Abeba, il est « peu probable que ces problèmes soient discutés ouvertement « , confie un observateur avisé de l’UA. L’objectif affiché, rappelle-t-il, » est de parler Renaissance africaine et Panafricanisme « . Pour autant, le document évoqué ici est de plus en plus commenté, et il se murmure qu’une deuxième livraison serait en préparation.

Egratignée par ricochet, Nkosazana Dlamini-Zuma avait, selon le mémo, « une occasion unique de réformer la Commission« . Pis, « avec du recul, insiste l’auteur, ça irait mieux si Ping était resté« . Les cafouillages d’ores et déjà relevés dans l’organisation du « Jubilé d’or » fourniront sans doute d’autres arguments à ses détracteurs.

par Rémi Ralosse, à Addis-Abeba

(Source: cridem.org)

Rosso: l’ASPDD en campagne contre le paludisme

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

Rosso: l'ASPDD en campagne contre le paludisme dscf8027-300x225

Depuis quelques jours les rossossois poussent un ouf de soulagement avec la campagne de lutte contre le paludisme menée par la toute nouvelle association dénommée ASPDD (Association pour la solidarité et le développement durable).

Cette association présidée par M. Tidiani Ould Sidi Mohamed Ould Soueïlim notamment pour objectif la protection de la nature, le  traitement des eaux et la lutte contre le paludisme.

La cérémonie officielle de lancement de l’ASPDD a eu lieu dans les locaux de la maison des jeunes de Rosso le 25 mai 2013. L’association n’a pas attendu ce jour pour se lancer dans sa première campagne.  En effet depuis le 23 mai, des dizaines de jeunes sillonnent les différents quartiers de la ville pour une pulvérisation de tous les endroits susceptible d’abriter des moustiques au grand soulagement des populations.

Le DRAS du Trarza et le maire de la commune ont apporté leur soutien à l’ASPDD qui compte bien s’impliquer dans la bataille du développement durable à Rosso.

D.A.

Pillage Organisé en Mauritanie (www.afrik.com) 1 mars, 2013

Posté par rjtcd dans : Non classé , ajouter un commentaire

Pillage organisé en Mauritanie

MARDI 26 FÉVRIER 2013 / PAR ALI ATTAR

Depuis son accession au pouvoir, le Président Aziz, malgré ses promesses, a passé son temps à construire sa propre fortune au lieu de gouverner. Il fait main basse sur l’ensemble de l’économie mauritanienne, de l’exploitation des ressources naturelles aux banques, en passant par la pêche et les projets d’infrastructures. En trois ans, l’auto-proclamé « Président des pauvres » a établi un quasi-monopole du business : état des lieux des pillages du pays et présentation des hommes du président. Partie 1

 

Le Président Aziz a-t-il depuis 2008 déjà déclaré ses avoirs personnels ? A-t-il payé une seule fois un impôt quel qu’il soit ? Où est caché le butin gigantesque amassé en si peu de temps grâce à un système politico-économique lucratif ? Dans n’importe quel autre pays on se serait posé ces questions depuis longtemps déjà mais, jusqu’à présent en Mauritanie et au sein des institutions internationales on a préfèré fermer les yeux laissant Mohamed Ould Abdel Aziz instaurer un guichet unique des affaires pour les marchés publics ou internationaux, créer ses propres entreprises « d’État » dans tous les secteurs de l’économie, faire main basse sur les acteurs concurrents, sans hésiter à instrumentaliser la justice, à faire régner la terreur et enfin, en utilisant la Banque Centrale comme goulet d’étranglement pour faire transiter son butin puis le transformer en devises. Mais la situation commence à évoluer avec de nombreuses révélations sur l’implication du président ou de ses hommes, avec récemment encore les déclarations du député français Noël Mamère qui accuse Aziz d’être une plaque tournante du trafic de drogue dans la région.

Les hommes du Président

Pour s’assurer du bon fonctionnement de sa machine à laver l’argent, Aziz doit employer en permanence un gang de courtisans qu’il enrichit tout en les chargeant de dissimuler ses propres avoirs. Qui sont les prête-noms qu’il utilise pour blanchir sa fortune fraîchement acquise ? Cette nouvelle classe d’hommes d’affaires maquignons, qui tous travaillent pour Aziz, sont en train de mettre en coupe réglée l’économie du pays. Pas un secteur n’échappe à leur voracité…

1- Feil Ould Lahah :

« Cousin germain » du président Aziz, ce jeune homme dont la famille est venue en Mauritanie suite à l’expulsion des mauritaniens du Sénégal en 1989, est aujourd’hui à la tête d’une immense fortune et d’un puissant groupe économique et financier.

La Banque : BMS (Banque A l Mouamalatt Essahiha)
Consignation et l’Armement : Ridha
BTP : EGEC – TP : Entreprise Générale de Construction et de Travaux Publics
Transport maritime : Canary Feeder
Transit et Consignation : TCS
Assurances : EL WAVA Assurances
Distribution des produits pétroliers : National Petroleum-sa
BTP : Feil a signé un contrat avec la société espagnole Franjuan en vertu duquel 3% de tout contrat signé en Mauritanie lui reviennent en contrepartie de ses « facilitations ».

2- Mohamed Abdallahi Ould Yaha :

A l’arrivée de Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, les affaires de Ould Yaha battaient de l’aile ; MIP Auto, MIP Naval et SOFAPOP étaient en instance de fermeture. Rapidement, il deviendra, pour le compte du Président, l’homme des Chinois en Mauritanie.

Ould Yaha est le partenaire-intermédiaire de la fameuse convention de pêche avec les Chinois de Polyhondong qui fait couler tant d’encre car il s’agit d’un blanc seing illimité sur 25 ans (aussi bien en termes de réserves naturelles que de techniques de pêche). C’est sans doute pour leur laisser le champ libre que les conditions posées aux européens ont été si difficiles, et c’est aussi pour eux que les licences libres octroyées depuis plusieurs années aux Ukrainiens de Bougherbal, aux Russes de Maurice Benza, aux Hollandais de Meyloud Ould Lekhal, aux Espagnols d’Ahmed Ould Mouknass etc….ont été annulées à partir du 1er septembre dernier.

Il touche des commissions sur tous les contrats d’armement impliquant l’Empire du Milieu, avec à la clé plusieurs dizaines de milliards de MRO.
Il se fait construire actuellement par ses partenaires chinois un hôtel dont il a déjà signé le contrat de location avec Kinross (société minière canadienne qui doit exploiter la nouvelle mine d’or de Taziazt) pour plusieurs années payées à l’avance.
Il s’est emparé du phosphate de Bofal qu’il a vendu à une firme indienne installée au Sénégal.
Il est « le moins disant » sur les trois offres retenues pour l’achat d’une centrale duale de 120 MW avec les Chinois de CMEC (China Machinery Engeneering Corporation).
Il est l’un des « samsar » de Xstrata (exploitation minière), une affaire qui pourrait devenir plus importante que la SNIM (Société Nationale Industrielle et Minière).
Enfin, dans le secteur de l’agro-industrie, il est également derrière le projet de production sucrière avec des généraux soudanais à la retraite et quelques investisseurs saoudiens.

3- Ahmedou Ould Abdel Aziz :

Ce fils du président Mohamed Ould Abdel Aziz qui poursuit ses études à Londres est déjà impliqué dans nombre d’affaires. C’est lui le mystérieux partenaire de WARTSILA France qui malgré son offre coûteuse (154 millions d’Euros, soit environ 30 millions d’Euros au-dessus de celle du moins disant), a obtenu à la surprise générale le marché pour la construction d’une centrale électrique duale de 120 MW (SOMELEC, le EdF mauritanien). Ahmedou joue le rôle de vrai directeur de cabinet de son père ; il est rapidement devenu la pierre angulaire par laquelle toutes les affaires passent.

4- Ahmed M’hamed Yamaa dit Hamady Ould Bouchraya,

Citoyen espagnol ,ancien consul honoraire d’Espagne en Guinée Bissau puis Consul honoraire de Mauritanie à partir de 2009, il hérite curieusement au décès de l’homme d’affaires Veten Ould Moulaye de la présidence de la SOBOMA (ie Coca-Cola Mauritanie dont il détient 4% et dont Aziz serait devenu le principal actionnaire). Aujourd’hui il est le mentor de Bedr Ould Abdel Aziz (un autre fils du Président) dont il est inséparable et qu’il est chargé d’initier aux affaires. Il a bénéficié de 6 000 ha de terres agricoles au bord du fleuve Sénégal.

C’est également lui le Président et principal fournisseur d’ATERSA PV Mauritanie S.A., filiale de la société espagnole ATERSA dont l’Etat mauritanien détient 40% et qui est destinée à la production des cellules photovoltaïques. Cette société a obtenu au conseil des ministres du 20 Septembre 2012 une concession 20 000 mètres carrés en plein centre de Nouakchott.

Il a obtenu par ailleurs le monopole de la logistique de la SPEG (Société de Production de l’Electricité à partir du Gaz) dont les actionnaires sont : SOMELEC, SNIM et Kinross (toujours la société canadienne qui doit exploiter la mine d’or de Taziazt).

Il a obtenu quasiment en mode gré à gré la construction du siège de la SNIM à Nouakchott pour près de 15 millions d’euros avec ATERSA. Enfin Ould Bouchraya est en train de lancer la distribution des cigarettes Winston.

5- Sidi Mohamed Ould Bouh :

Actionnaire d’IVECO (camions), dont l’armée Nationale a acquis une très grande quantité, Ould Bouh est spécialisé dans le trafic des devises à destination du golfe et en particulier des Emirats Arabes Unis. C’est par ses mains que transite une grande partie des devises acheminées par la famille présidentielle, principalement au Maroc (pour l’acquisition d’un immense patrimoine immobilier) et aux Emirats Arabes Unis.
Quasiment tous les terrains sur la route de Soukouk (nouvelle zone résidentielle et probable futur centre-ville) lui appartiennent. On parle aussi de lui dans l’affaire SOMELEC (la nouvelle centrale électrique offre de Wartsila à 157 millions d’euros).

 

El Wiam : Meeting des jeunes de la sous coordination de Rosso 24 février, 2013

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

El Wiam : Meeting des jeunes de la sous coordination de Rosso dans Actualités sidi-diarra-et-sidahmed

La jeunesse de la sous coordination de Rosso d’El Wiam a organisé vendredi 22 courant un meeting au siège du parti. Le meeting présidé par Sidi Diarra, coordinateur régional, Dah Ould Demba coordinateur départemental s’est tenu en présence de M. Sid’Ahmed O. Abidine, membre du bureau exécutif d’El Wiam.

Placé sous les thèmes de l’unité nationale et de la citoyenneté, le meeting a drainé une foule considérable.

Après le sketch présenté pour montrer l’importance de l’unité nationale et de la citoyenneté, plusieurs orateurs ont pris la parole pour sensibiliser  l’assistance.  Sid’Ahmed O. AbIdine, Dah Ould Demba, Ramdane O. Mohamed Vall, Fatou Gaye, Bada Diagne, Niang Amadou Sidi ont tous  expliqué que le parti El Wiam était un parti de l’opposition qui entend parvenir au pouvoir par la voie légale, c’est-à-dire des élections transparentes. Ils ont développé  les thèmes retenus avant de donner la parole au coordinateur régional d’El Wiam, ‘le seul parti à avoir son candidat déclaré pour les prochaines municipales à Rosso’ . Sidi Diarra a remercié l’assistance avant d’expliquer l’importance du vote. Il a même ajouté que s’il était au pouvoir, le vote deviendrait obligatoire en précisant que le citoyen n’était pas forcément tenu de voter pour un candidat qui ne lui convient pas puisqu’il a la latitude de voter ‘blanc’.

A noter que plusieurs personnes sont venues de quartiers éloignés du siège, mais que des habitants de la maison opposée au siège ont laissé entendre qu’elles ne sont pas venues parce qu’elles n’étaient pas informées. Comme quoi les visites de proximité ne semblent pas être le fort du staff local d’El Wiam. A bon entendeur , salut.

Djigo Aboubakry

Un nouveau notaire à Rosso : Quand le notariat mauritanien s’enrichit d’un brillant juriste. 7 février, 2013

Posté par rjtcd dans : Actualités , ajouter un commentaire

 

Un nouveau notaire à Rosso : Quand le notariat mauritanien s’enrichit d’un brillant juriste. dans Actualités me-thioye-sow1-230x300C’est fait ! Le premier diplômé d’une école notariale en Mauritanie ouvre sa charge à Rosso dans le Trarza. Maitre Sow Thioye Mamadou -c’est de lui qu’il s’agit – vient de faire le pari du retour au pays, pour dit-il participer modestement et sa façon à l’effort de développement …  Après l’obtention de son diplôme en notariat à Nice, il réussira avec brio le concours de notariat ouvert par le ministère de la justice durant l’année 2012.

Dans son discours inaugural,  l’impétrant  après avoir remercié les autorités publiques et personnalités privées présentes, a mis l’accent sur la finalité du notariat et la sécurité juridique qu’offrent les actes notariés.

Il soulignera la nécessité d’avoir un officier public en la qualité du notaire pour conférer à  un acte  ou un contrat, le caractère authentique qui lui sied.

Au détour d’une citation il ne manquera pas de magnifier la finalité de l’action du notaire qui n’est autre que «  …d’empêcher les différends de naitre entre les hommes de bonne foi et d’enlever aux hommes cupides, avec l’espoir du succès, l’envie d’élever une injuste contestation… »

Selon maitre Sow le notariat mauritanien est jeune, il a donc la vigueur que lui confère sa jeunesse et consubstantiellement la fragilité de son inexpérience. De ce fait seule la probité, l’indépendance et l’impartialité devraient guider le travail du notaire.

Venu assister à l’ouverture de l’Etude de Me Sow, son maitre de stage Me Mohamed Ould Boudide notaire à Nouakchott accompagné de l’ancien ministre Me Hamdi Ould Hamadi (de la même promotion que Me Sow) n’a pu retenir son émotion.

Me Sow Thioye Mamadou dans son allocution ne manquera pas de rassurer Me Abdallah Ould Dah (notaire titulaire de la charge I à Rosso) pour une future collaboration exemplaire.

Me Sow est en parallèle chercheur en matière de blanchiment d’argent à l’université de Nice.

Il faut noter que le Trarza et plus particulièrement  Rosso est en pleine expansion avec la création de la nouvelle ville. Cette région regorge d’énormes potentiels au niveau agricole. De même cette ville située à un peu plu de 200 km de Nouakchott est la principale porte d’entrée de la Mauritanie par le Sud.

Pour rappel, la charge N°II qui revient à Me Sow a été créée par décret ministériel en vue d’accompagner la perspective de développement des activités économiques de la région.

 

THIERNO DIALLO

   06/02/2013

12345...11

humanbeinginnature |
Biologie totale ICBT secte ... |
C'est le destin de lol_aaaa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jaambaar
| évasion
| Généalogies