navigation

Commrcialisation du riz: lancement de l’opération 22 février, 2009

Posté par rjtcd dans : Reportage , ajouter un commentaire

Le Complexe agricole de Mauritanie Commercialisation du riz : l’opération est lancée

Accueillis au Pk 7 à la hauteur de la centrale électrique par le wali et les autorités chargés de la sécurité,  les deux ministres se sont rendus à la wilaya avant de procéder à la cérémonie officielle de lancement de l’opération de commercialisation dans la salle de réunion de la commune. Après l’allocution de Mme Messouda  Mint Baham minstre de l’agriculture et de l’élevage, ce fut le tour du ministre du commerce, de l’artisanat et du tourisme, M. Bamba Dramane d’expliquer l’objectif de la mission. La cérémonie s’achèvera par la signature de contrats entre  le représentant de la Sonimex et les usiniers. Après cette cérémonie la mission s’est rendue à la délégation régionale de l’agriculture et de l’élevage avant d’entamer la visite des usines de décorticage.

Ce fut d’abord le CAM (Complexe agricole de Mauritanie de Ould Lelle  puis l’usine sise près du petit marché et celle de Ould Berrou. La délégation s’est rendue ensuite à Mpourié pour visiter la SPSIA et au kilomètre 7 où se trouve l’usine de Barikala, Agrim SA

Agriculture et commerce : Mission conjointe

La ministre de l’agriculture n’a pas voulu marcher sur les platebandes de son homologue du commerce. ‘Il s’agit de commercialisation et c’est le ministre du commerce qui dirige la mission. Pour ma part je m’occupe de la production. Et nous estimons la production à quelque 60 000 tonnes. Si les producteurs prennent une partie pour les semences et pour leurs besoins personnels on put s’attendre à 20 000 t pour la commercialisation.’ Dira-t-elle.

Quant au ministre du  commerce de l’artisanat c’est  une mission d’accompagnement des producteurs nationaux pour la saison 2008/2009. Une  saison qui avait démarré à une période où  les  prix étaient élevés ;  il fallait donc nécessairement accompagner  les producteurs pour leur éviter des pertes sèches. Pour cette raison l’état a décidé avec la Sonimex de mettre en place un mécanisme  pour assurer la commercialisation de la production de riz. Les producteurs vendront aux usiniers et la Sonimex achètera avec ceux-ci le produit fini c’est-à-dire le riz blanc. La délégation est venue  pour  mettre ce mécanisme en place. Le ministre a reconnu qu’il pouvait y  avoir des cas de vente de paddy à des hommes d’affaires pour contourner le mécanisme mis en place et contourner du même coup le Crédit agricole,   mais qu’en l’absence de statistiques il  ne pouvait pas s’aventurer dans ce domaine. Il a ajouté que des missions ont été envoyées pour cerner la production et que des estimations fiables ont été faites pour servir de base à l’opération avant d’affirmer que la quasi-totalité de la production nationale sera entre les mains des usiniers. Environ 25000 Tonnes. Il s’est félicité de l’existence de cinq unités de productions très modernes qui répondent aux critères techniques et a estimé que les  résultats seront bons.

Une procédure fiable

Selon le délégué régional de l’agriculture, M. Sy Baba, l’état a pris les dispositions nécessaires  pour subventionner la production  de paddy. . La superficie emblavée est de 12000 ha avec un rendement estimé à 4 t/ha. Un logiciel a été mis sur place pour permettre d’évaluer la production de chaque agriculteur. Cela permet d’éviter de commercialiser du riz étranger. En effet si la production  déclarée est inférieure à ce qu’il y a sur les fichiers une attestation est remise au producteur qui peut commercialiser son produit. Mais si la production est supérieure l’attestation ne sera délivrée que pour la quantité attendue. Tout ce travail est supervisé par une commission régionale qui comprend notamment le délégué régional et le bureau des affaires foncières. Pour le moment la priorité est donnée aux producteurs qui ont pris des crédits auprès des institutions bancaires.

Les usines de décorticage

Le Complexe Agricole de Rosso (CAM) est l’une des usines de décorticage installées dans la capitale du Trarza, première région agricole du pays. L’usine située au nord est de la ville emploie une trentaine de personnes dont dix permanents. Avec une capacité de 20 tonnes par heure, l’usine a acheté dans le cadre de l’opération de commercialisation initiée par l’état, 5000 Tonnes de paddy qu’elle va usiner dans les délais imposés par la Sonimex. Trois semaines après le début e la production, l’établissement a déjà, selon Baba Ould Ahmed Ould Lellah,  un stock de  220 tonnes de riz blanc. 130 tonnes de riz brisé et 90 tonnes de riz entier. Cette production représente environ  400 tonnes de paddy. Selon le pourcentage obtenus à l’issu des tests en laboratoire le paddy est acheté au producteur à 90 ou 100 UM.

L’usine de conception allemande est équipée de machines très performante qui procèdent au décorticage proprement dit avant de passer par la table asymétrique qui fait le tri. Le riz passe après par des blanchisseuses avant un dernier tri qui sépare le riz brisé du riz entier. Au cours du processus des aliments de bétail sont produits comme le son.

La SPSIA située à l’ouest de Rosso à proximité des locaux de la ferme de Mpourié est une unité qui fonctionne depuis plusieurs années.  D’une capacité de production de 2000 tonnes par mois, l’usine, selon son gérant  Sid’ Ahmed Ould Mohamed a reçu cette année 14000 t de paddy dont elle a déjà décortiqué 1200 tonnes. L’essentiel du paddy acheté par la spsia est de bonne qualité (plus de 6O %). La SPSIA achète du paddy pour vendre le produit fini mais fait aussi des prestations de service au profit de producteurs qui veulent décortiquer leur produit brut.

Comme les autres unités de décorticage la SPSIA  a signé u contrat avec la Sonimex. Contrat au terme duquel  la Sonimex  rachètera le produit fin à 187 UM Le kg.

 Selon le responsable de a société Agrim SA, l’état a participé en  encourageant les producteurs. L’état propose en effet des prix très intéressants. La société Agrim SA qui n’a démarré qu’en  janvier a une capacité de production de 8 tonnes à l’heure. Elle a déjà décortiqué 2200 à 2300 tonnes de paddy sur les 4500 achetés aux producteurs. Avec le prix de vente du produit fini,  le gérant, Mohamed  Ould Barikallah  pense que l’usine s’en sortira.  En effet, comme les autres unités,  Agrim SA a été sollicité par la Sonimex  à laquelle elle  revendra  le riz blanc à 187 Um le kilo. Rappelons que le paddy est acheté  aux producteurs à 90 ou 100 ouguiyas selon le pourcentage.

(source: La Tribune)

humanbeinginnature |
Biologie totale ICBT secte ... |
C'est le destin de lol_aaaa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jaambaar
| évasion
| Généalogies